Vous êtes ici

Cet été, on rencontre Picasso !

Une Saison Picasso est l’exposition à ne pas manquer cet été à Rouen ! Chloé vous emmène au Musée des Beaux-Arts pour vous faire découvrir le côté normand de Picasso. 

Saviez- vous que Picasso avait résidé et travaillé pendant cinq années en Normandie ? Et bien moi non plus ! Il a passé quelques années à peindre et sculpter dans son château de Boisgeloup, près de Gisors. 

C’est sur cette partie de sa vie que se concentre l’exposition Boisgeloup, l’Atelier normand de Picasso au Musée des Beaux-Arts de Rouen. N’étant pas une spécialiste d’art, c’est avec un oeil d’amoureuse du patrimoine artistique normand que je vous fais découvrir cette exposition inédite. 

Dans la première salle, je fais connaissance avec l’artiste et son univers : le cadre est posé, c’est au Manoir de Boisgeloup ou « Bois Jaloux », un lieu caché à l’abri des regards, que commence ce voyage dans le temps. On est en 1930, le cubisme envahit déjà les toiles. Plusieurs tableaux illustrent ce manoir, toujours dans le même esprit, avec une pluie battante représentée par des traits (je retrouve bien là notre Normandie !). Je reste étonnée par un tableau, dont la toile est ovale, c’est original ! 

Je change de salle, direction l’atelier des sculptures ! Et oui, Picasso était peintre mais aussi sculpteur ! On y trouve beaucoup de nus et de sculptures imposantes qui rappelleraient Marie-Thérèse, sa maîtresse et muse parisienne. Le corps et les formes métamorphosées sont omniprésents dans l’art de Picasso. 

Je poursuis ma visite ... Attendez-vous à rester bouche bée devant les peintures toutes aussi colorées qu’énigmatiques, qu’il s’agisse du tableau-relief Composition au papillon ou des variations autour de la Crucifixion. Après la peinture et la sculpture, l’exposition nous dévoile une autre facette de l’artiste : la gravure. 

Non seulement, je découvre les oeuvres de Picasso, l’artiste, mais j’apprends aussi sur l’homme grâce aux nombreuses anecdotes. Photographies, films sur le peintre, sur sa retraite, sur son amour pour son chien Bob, j’entre dans l’intimité d’un homme qui a su s’éloigner de sa vie parisienne, et c’est plutôt émouvant... On se sent comme privilégiés. 

À la fin de la visite, la dernière salle m’emmène dans un tout autre univers avec des sculptures métalliques composées d’un assemblage de divers outils de jardinage, d’ustensiles de cuisine etc. Mais, l’âme de Picasso est bien là, dans la sensualité des corps qui unit les différents univers. 

La visite est déjà terminée mais pas ma rencontre avec Picasso ! Il me reste encore deux autres expositions