Rouen, la capitale de la Normandie

Ici, on lève les yeux sur des centaines de façades à pans de bois colorées, des flèches d'églises et de cathédrale, des hôtels particuliers et de hautes constructions modernes. Toujours avec émerveillement.

Ville aux multiples facettes et au dynamisme surprenant, Rouen, se réinvente depuis plusieurs années. C'est aujourd’hui une cité tournée résolument vers son fleuve, la Seine. En déplaçant son port de commerce vers l'aval, elle a pu entièrement réaménager ses quais pour en faire un lieu de vie très agréable.

De son lointain passé médiéval, elle a gardé de nombreuses traces dans les ruelles de son cœur, dans ses pavés et ses clochers… Bien que située à une centaine de kilomètres de l’estuaire, Rouen est une ville maritime. Elle nous offre au quotidien son caractère bien trempé.

Pour apprécier Rouen, il faut bien sûr admirer et visiter ses nombreux monuments comme l’Abbatiale Saint-Ouen, le Parlement de Normandie ou l’aître Saint-Maclou. Mais cela ne suffit pas. Il faut aussi se mêler à la foule qui arpente la rue du Gros Horloge, s’enfoncer dans les ruelles pavées du Carré d’Or, délimité par la Place du Vieux-Marché et l’église Saint-Maclou. Il faut aussi, le soir venu, grimper jusqu'au sommet de la colline Sainte-Catherine par la route de la corniche pour jouir du plus beau panorama sur l'agglomération. De jour comme de nuit, on est stupéfait par cette ville qui nous happe.

Une ville à couper le souffle

Face à nous, la ville semble coupée en deux. Sur la rive droite, son cœur historique.

La flèche de la cathédrale Notre-Dame (la plus haute de France) et le beffroi du Gros-Horloge captent immédiatement notre regard, avant que nos yeux ne se tournent vers les nouveaux quartiers en développement de la capitale des ducs de Normandie. Sur notre gauche, la rive du même nom nous parle de son passé industriel et de sa métamorphose en cours. La tour des archives départementales touche le ciel, laissant nos yeux se poser sur le jaune éclatant
des grues Picasso qui jouxtent la salle de concert du 106.

Comme des traits d’union à répétition, des ponts aux noms d’hommes et de femmes qui ont marqué la ville unissent les 2 rives longtemps opposées : Guillaume le Conquérant, Jeanne d’arc, Boieldieu, Mathilde, ou encore Flaubert, longtemps le plus haut pont levant d’Europe pour laisser passer les bateaux sous son tablier.

A nos pieds, on découvre entre 2 eaux l’île La Croix, ses immeubles et ses complexes sportifs. C’est ici que les Rouennais viennent encourager les Dragons, l’équipe de hockey sur glace locale, couronnée de nombreux titres européens.
Ancienne « île aux plaisirs », elle accueillait jadis sur ses rives des guinguettes et des cabarets aujourd’hui disparus. Si vos pas vous emmènent sur l’île, vous pourrez découvrir au coin d’une rue une bâtisse de la belle-époque.