Bouh ! Des bonbons ou un mauvais sort !

C’est Halloween ! Peur, frayeur, fantômes et sucreries sont au rendez-vous ce 31 octobre en Seine-Maritime.

"Farces ou friandises!" La soirée d'Halloween promet encore cette année de belles farces et de terribles histoires d'épouvante, à en faire frémir les plus aguerris d'entre nous. Comme chaque année, les petits seinomarins, et les grands gourmands, vont profiter de la veillée de la Toussaint pour se déguiser, et parcourir en famille et entre copains les rues des villes et villages de Seine-Maritime avec un seul souhait : vous faire peur et remplir leurs sacs de sucreries, gâteaux et friandises

Croyances et épouvante... des légendes qui font parfois frissonner...

La Seine-Maritime regorge de lutins, fantômes, cavaliers sans tête ou encore dragons et loups garous ! Les légendes et les croyances ont une place particulière dans la culture des villes et des campagnes de Seine-Maritime… La Maison des Croyances et des Traditions du terroir, située à Sassetot-le-Mauconduit, retrace notamment une partie de ces contes et traditions attachés au Pays de Caux.

Pour vous donner un avant-goût des légendes d’ici, voici 5 petites histoires à raconter en cette soirée d’Hallowen pour glacer le sang de vos amis ! 

Le lutin d'Aubermesnil-aux-Erables

Le meunier d'Aubermesnil avait la réputation d'être fraudeur. Tous ses collègues souffraient de la même renommée, mais celui d'Aubermesnil avait de plus la fâcheuse habitude de se laisser surprendre ! Un lutin, du nom de Capet Touzé, avait pour sa part la coutume de rendre la justice : de punir les méchants et de récompenser les bons. Quand il apprit les mauvais penchants du meunier d'Aubermesnil, il vient à plusieurs reprises dans le moulin et fit subir au propriétaire coup de bâton sur coup de bâton. Le pauvre escroc était rossé, plus souvent qu'à son tour. Finalement, il dut abandonner le métier, le moulin et le village. Mais Capet Touzé ne s'était jamais montré, ni vanté des punitions qu'il administrait. Aussi personne ne comprenait ce qui arrivait au meunier et tout le monde refusait de prendre sa suite. Les ailes du moulin se sont arrêtées à tout jamais, les ronces ont envahi les rouages et les paysans d'Aubermesnil allaient moudre leurs grains à Foucarmont ou Saint Léger.*

La Chambre des Demoiselles à Étretat

On distingue trois pointes de rochers entre lesquelles se trouve une espèce de plateforme appelée la Chambre des Demoiselles. Le chevalier de Fréfossé enleva trois jeunes filles, sœurs, qui se refusèrent à lui. Alors le chevalier les fit jeter du haut de la falaise. À la suite de cela, chaque fois que le chevalier sortait de son château, les fantômes des demoiselles lui apparaissaient, jusqu'à ce qu'il en mourut de terreur. Pour d'autres, ces demoiselles se seraient transformées en bonnes fées qui protégeraient Étretat.*

Les trésors de la forêt de Gruchet-le-Valasse

Dans la forêt se trouvent de nombreuses fosses et des pierres que la tradition assure druidiques. Beaucoup de légendes circulent au sujet de trésors enterrés par des moines au Val-Cerisier, gardés par des Dames Blanches, des cavaliers sans têtes, et surtout des loups-garous.*

La roche du Diable au Tréport

Sur les falaises du Tréport se trouvait une roche noire, aux reflets fantastiques, qui durant des siècles resta suspendue miraculeusement au-dessus de la mer. Les habitants l'appelaient « la roche du Diable ». Ils racontaient que lors des équinoxes, quand les vents se déchaînaient et que la mer venait frapper le bas de la falaise, une flamme rouge s'élevait du rocher pendant la nuit... Deux ombres se profilaient sur un fond éclatant et l'air retentissait de leurs rires hideux. C'étaient les âmes de Messire Jean de Mièvre et de Dame Ida Valdor de Brégues qui chaque année venaient faire amende honorable en ce lieu. Vers l'an 1000, Ida avait pris le voile dans l'abbaye voisine des terres de Messire Jean, mais ce dernier réussit à la détourner de ses devoirs. Le soir même, la foudre vint frapper les amants. Cette pierre est aujourd'hui tombée sur la plage.*

La Dame Blanche de Lanquetot

On raconte que près de l'Épine, on aperçoit parfois une Dame Blanche. De même, près du château, on verrait une bête blanche et un cheval sans tête.*

*Textes de « Légendes, croyances, traditions et curiosités de Seine-Maritime » par Anne Marchand.