Liste

Exposition au Palais Bénédictine : Françoise Pacé Accroché au ciel comme à la nuit

PALAIS BÉNÉDICTINE 110, rue Alexandre Le Grand FECAMP / Côte d'Albâtre

Description

Dates et horaires

  • du 30 mars 2018 au 01 juillet 2018

Exposition de Françoise Pacé
Accroché au ciel comme à la nuit

Si le motif qui force l’émotion entraîne le plus souvent une certaine manière de peindre, il se peut aussi qu’il se fasse lui même piéger et surgisse soudainement du fond de la peinture. C’est ainsi qu’en quête d’étendue et de lumière, voulant préserver la toile de parties vierges, l’évidence de la montagne est apparue à Françoise Pacé, non pas comme l’espace du vide, mais comme celui de la respiration. Plus encore que bon air, la plage de neige est devenue grand air, lieu privilégié de toutes les transparences. Image déroulée comme l’étendard d’une certaine virginité du monde.
Voici donc cette « malgré-elle de montagne » déroulant d’abord ses courbes féminines dans des lavis aux grâces subtiles, presque monochromes, formidablement esthétiques, un rien asiatiques — vilaine tentation... Il fallut un voyage en Chine et des paysages bousculés de pierres renversées pour que cette montagne sorte véritablement de la douceur de la toile comme de la timidité du peintre et s’impose telle qu’elle domine vraiment le paysage : orgueilleuse et tellurique !

La voici rouge, non pas rouge de neige ensanglantée mais de ce rouge des meubles traditionnels chinois, de ce rouge profond des laques que l’on ne retrouve jamais dans la nature. Nous voici dans la peinture et son concert de mensonges pour le bien de l’art et la volupté du sens.
Si la Chine est merveille dans l’infini de ses paysages, elle est aussi un enfer d’irrespect en les polluant sans retenue.

La transparence recherchée de la peinture qui fit émerger les montagnes dans l’inconscient de Françoise Pacé n’a, ici, plus lieu d’être. Choquée par tant de folie, la montagne de sa peinture, celle d’un air sain et de liberté, est logiquement devenue son contraire : un
lourd couvercle comme celui qui étouffait de spleen le poète.
Un récent séjour à la Villa Médicis, haut lieu de la peinture instituée qu’habitent de si prestigieux fantômes, lui a permis d’user avec délectation de son appareil photographique dont elle se sert avec le même sérieux que le pinceau. Fascinée par la nuit claire italienne et la découpe des grands arbres refusant de se confondre aux étoiles, elle a engrangé un formidable matériau pour son retour à l’atelier. D’où cette série d’immenses feuillages tout autant accrochés au ciel qu’à la
nuit, constat évident d’une obligation d’élévation et d’un optimisme retrouvé.

Françoise Pacé
Née en 1957 à Brest (29)
Etudes à l’école des Beaux-arts de Lille (59) et de Saint-Etienne (42)
Vit à La Ferté-Macé et travaille à l’atelier du « Carré Rouge » à Carrouges (61)

Organisateur
PALAIS BÉNÉDICTINE

Tarifs

Tarif de base À partir de 5.00€
moteur de recherche Caravelis - informations touristiques SITA